A la découverte de Sainte Lucie…

3 décembre 2019 |Par Adeline dans A la découverte de, Amérique Latine Commenter

Située au sud de la Martinique et au nord de Saint-Vincent, Sainte-Lucie fait partie de ces îles que l’on appelle joliment « îles du Vent ».
Cette île montagneuse, qui émerge d’un relief sous-marin souvent ébranlé par des perturbations sismiques, offre le charme d’une végétation encore sauvage, plusieurs jolies plages, quelques cours d’eau, sans oublier un volcan majestueux formé par deux pitons dressés à la verticale au-dessus de la mer, et classés à l’Unesco. Ces cônes volcaniques en forme de pains de sucre veillent naturellement sur la côte ouest de Sainte-Lucie.
L’île a deux visages. L’un, au sud, est souriant, spontané, exubérant. L’autre, au nord, se montre plus sage, plus doux. Les Saint-Lucian people, comme ils s’appellent eux-mêmes, sont d’une gentillesse et d’une hospitalité parfois désarmantes.
Sainte-Lucie est aussi réputée pour sa vie nocturne. Les Martiniquais s’y précipitent le vendredi soir pour la soca et les street parties à Gros-Islet.
C’est une vision de Sainte-Lucie que vous préfèrerez peut-être à celle de Rodnay Bay qui, à quelques minutes de là, fait le bonheur d’une clientèle principalement nord-américaine. Pour éviter toute confusion dans l’accueil, dites « bonjour » plutôt que « good morning ». Le premier, proche du créole, vous fera passer pour un lointain cousin…

 

Quand partir ?

De type tropical, le climat est tempéré par les alizés tout au long de l’année. La saison sèche s’étend de janvier à mai, et la saison des pluies de juin à décembre. La température moyenne annuelle est de 27 °C (minimum 19 °C, maximum 32 °C). La saison la plus chaude s’étend généralement de juin à août, où il peut faire facilement 35 °C. Quelques brises fraîches fort sympathiques cependant.

Climat tropical oblige, la saison cyclonique s’étend de début juin à fin novembre.

En raison du caractère tropical du climat, des habits légers sont recommandés. Pour les soirées, plus fraîches, pensez quand même à emporter un bon pull ou un blouson, qui sera utile s’il pleut pendant plusieurs jours

 

Informations générales

Capitale : Castries

Langue : Anglais (langue officielle), créole.

Formalités d’entrée : Pour tout séjour de moins de 15 jours, les Français sont exemptés de l’obligation de présenter un passeport. Ils peuvent donc entrer à Sainte-Lucie munis d’une carte nationale d’identité en cours de validité. Attention, l’extension de la durée de validité de la carte d’identité nationale à 15 ans n’est pas forcément reconnue à l’étranger, et l’entrée pourrait être refusée aux personnes se présentant avec une carte dont la date inscrite est dépassée. Au-delà de 15 jours, le passeport est requis.

Santé : Pas de vaccin obligatoire. Il suffit d’être à jour pour les vaccins universels (DTCP, hépatites A et B). En revanche, la vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire si vous venez d’un pays situé en zone à risque.

Électricité : La norme en vigueur dans le pays correspond à la norme européenne : 220 volts, 50 Hz. Les prises de courant sont de type américain.

Argent : La monnaie locale est le dollar des Caraïbes orientales ou dollar est-caribéen (EC$, prononcé « ici »).  En mai 2018, 1 € = 3, 10 EC$ et 10 EC$ = 3,20 €.

Géographie

Sainte-Lucie appartient à l’archipel des îles au Vent. Elle est située entre la Martinique (40 km au nord) et Saint-Vincent (32 km au sud). Quant à la Barbade, elle se situe à 175 km.

L’image la plus marquante de l’île est celle des deux pitons, le grand et le petit, qui bordent la côte au sud de Soufrière. D’origine volcanique, l’île (43 km de longueur pour 22 km de largeur) est montagneuse, avec de nombreux cours d’eau qui dévalent les pentes du mont Gimie (950 m), au cœur de la Rain Forest.

À Soufrière, on ne manquera pas d’aller voir le seul volcan du monde qui peut se visiter en voiture. En sommeil depuis plus de 230 ans, le volcan menace toujours de se réveiller. Les scientifiques s’accordent d’ailleurs pour dire qu’une nouvelle violente éruption pourrait survenir dans une vingtaine d’années.

Aussi bien sur la côte atlantique à l’Est que caraïbe à l’Ouest, Sainte-Lucie propose de magnifiques plages, favorables aux baignades familiales ou ambiance festive, situées pour la plupart dans le nord de l’île. On trouve également quelques jolies criques vers Soufrière. Il faut savoir que plus on s’approche du volcan et des lacs de souffre, plus le sable blanc prend des tonalités caramel.

Attention, afin de limiter la destruction des barrières de coraux, l’achat de tels souvenirs aux pêcheurs locaux est puni d’une forte amende à la sortie de l’île.

Faune et flore

Le climat tropical de Sainte-Lucie offre une végétation abondante et variée : bananiers, cocotiers, avocatiers, manguiers, goyaviers, pamplemoussiers, caféiers, amandiers… La flore doit surtout sa richesse à l’importation d’espèces variées telles que le manguier et le tamarin qui viennent d’Inde, le cacaoyer d’Amérique centrale, l’arbre à pain de Tahiti… Une des seules espèces originaires de Sainte-Lucie est le manioc.

Ayant eu du mal à s’adapter au changement végétal, la faune s’est appauvrie et certaines espèces ont définitivement disparu. D’autres sont menacées, comme les perroquets. Très recherchés pour leur plumage, ils ont fait l’objet d’un trafic qui a cessé il y a une dizaine d’années seulement.

Cependant, il reste un certain nombre d’espèces locales, surtout des oiseaux, comme le gobe-mouches, le roitelet ou le moqueur à plastron blanc. Les meilleurs endroits pour les observer dans leur environnement naturel sont la mangrove à Savannes ou le marécage de Bois d’Orange.

À certaines périodes de l’année, on peut assister à la ponte des tortues marines ou à la migration des baleines à bosse. On peut même parfois observer des dauphins. Plus simplement, on peut admirer les nombreux poissons multicolores de la Caraïbe qui se faufilent entre les oursins et les lambis, ces gros coquillages dont la chair est si appréciée aux Antilles et qui se trouvent beaucoup plus facilement que dans les îles françaises voisines.

 

Gastronomie

Cuisine

En raison de sa faible superficie et du nombre de visiteurs, la plupart des aliments sont importés. Par ailleurs, la terre n’est pas la plus fertile qui soit. Enfin, le nombre de touristes américains tend parfois à répandre les plats internationaux et à standardiser la gastronomie de Sainte-Lucie. On trouve donc de plus en plus de burgers, de frites et de pizzas. On trouve aussi sur l’île des restaurants indiens, italiens et français.

Pourtant, certains restaurateurs perpétuent une cuisine locale de qualité en sélectionnant vraiment les produits qu’ils proposent. Il faut aussi dire que Sainte-Lucie cultive des fruits et légumes tropicaux, souvent bios, et bénéficie de produits de la pêche.

Parmi les traditions culinaires créoles et caribéennes de Sainte-Lucie, on trouve les steaks de thon ou autres poissons frais à la sauce créole relevée d’épices, les crabes farcis, gâteaux de crabe ou de poulet, les colombos ou encore les bananes plantains frites. La noix de coco, le curry et le gingembre sont aussi largement utilisés. Mangues, ananas et papayes complètent très souvent cet exotisme.

On trouve à Rodney Bay de nombreux restaurants thaïlandais, indiens, chinois, italien, français, des restos de fruits de mer ou de grillades.

Pour le dessert, plusieurs plantations de cacao sont implantées sur l’île. La fève de cacao locale apparaît donc sur les cartes de plusieurs resturants.

 

Boissons

– On peut boire l’eau du robinet, mais il est très facile de trouver de l’eau en bouteille.

– La bière nationale est la Piton, une bière blonde. Sur l’étiquette, on voit les deux pitons, emblèmes de l’île. Elle est blonde, se boit bien… et est plutôt forte.

– Du rhum est également distillé à Sainte-Lucie. Le plus connu est le Bounty Rum. C’est un rhum brun. Le Spice Rum, très populaire, est obtenu à base de rhum blanc dans lequel on laisse macérer différentes plantes.

– On trouve aussi des boissons à base de seamoss, une algue qu’on fait sécher puis tremper dans l’eau ; une fois bouillie, elle prend la consistance d’un gel. En ajoutant du lait, de la noix de muscade et de la cannelle, on obtient une boisson qui a plus ou moins l’apparence du Bailey’s.

 

Les incontournables

Castries

Capitale de Sainte-Lucie, lovée au fond d’une baie et entourée de collines, qui s’étend sur des polders ; sa marina, ses magasins de luxe et l’une des plus grandes cathédrales des Caraïbes

Gros Islet 

Village de pêcheurs typiquement caribéen, réputé pour son jump-up (sorte de drum and bass) lors de ses fêtes du vendredi soir ; la plage de sable blanc de Pigeon Island.

Marigot Bay 

Entre mangrove et vertes collines, l’un des plus beaux sites de Sainte-Lucie, paradis des plaisanciers, sa crique étant l’un des mouillages les plus prisés des Caraïbes.

Soufrière

Les pitons, deux aiguilles volcaniques inscrites à l’Unesco, l’un des plus beaux sites de Sainte-Lucie, et le volcan de la Soufrière aux bains sulfureux.

 

 

Sports et activités

Sports nautiques

Grâce à des alizés très favorables, Sainte-Lucie offre tous les sports nautiques et aquatiques possibles. On peut pratiquer la planche à voile, le ski nautique, le kite-surf, le kayak, le canoë, la voile avec des dériveurs ou des voiliers (à Rodney Bay ou à Marigot)…

Sainte-Lucie est aussi le paradis des pêcheurs. On peut pratiquer la pêche au gros en haute mer au large de Rodney Bay, où l’on pêche notamment le marlin blanc, mais aussi le maquereau et le barracuda. Plusieurs compagnies proposent des excursions de pêche.

Plusieurs autres sports peuvent aussi être pratiqués sur l’île : équitation (nombreuses excursions), beach-volley, golf (superbes paysages) et même criquet !

 

Plongée sous-marine

Sainte-Lucie est bien connue par les initiés pour ses richesses marines… l’île est l’une des plus belles destinations de la Caraïbe pour la plongée. Les eaux y sont très claires, cristallines. Les plus beaux sites de plongée sont répartis le long de la côte caraïbe : Anse la Raye, Coral Gardens, Fairy Land, Superman’s Flight (il tient son nom d’une scène de Superman II tournée sur l’île)…

Avec ses fonds accidentés et d’étonnants massifs de coraux assez proches du rivage, jusqu’à Key Hole Pinnacles et ses récifs mouvementés, le secteur d’Anse Chastanet est aussi très réputé, et accessible aux débutants. Les deux pitons constituent un site idéal pour la plongée (Superman’s Flight et Coral Gardens). Les amateurs d’épaves ne manqueront pas le site du Lesleen (coulé volontairement en 1986) dans d’Anse Cochon.

Attention, il est vivement déconseillé de plonger seul ou de faire appel à des amateurs.

Le Buddies Scuba, le Scuba Saint-Lucia, le Dive Fair Helen et le Frogs sont les principaux centres de plongée homologués.

Pour ceux qui ne veulent pas plonger, on peut louer un masque, des palmes et un tuba pour pratiquer le snorkelling, qui permet d’avoir une première approche. Pour la plongée avec tuba, on conseille l’Anse Chastenet, l’Anse Cochon et Smuggler’s Cove.

 

Randonnée

Cascades, sentiers naturels et fleurs tropicales… le cœur de l’île est un véritable jardin d’Éden. Avec son relief montagneux et ses forêts tropicales luxuriantes, Sainte-Lucie offre la possibilité de réaliser de très belles balades. Certaines exigent de bonnes conditions physiques, comme l’ascension du Gros Piton, d’autres en revanche restent tout à fait accessibles à ceux qui pratiquent de manière occasionnelle.

Pour les plus importantes, un guide est nécessaire ; certains sentiers ne sont pas toujours bien balisés et puis, c’est l’occasion d’apprendre plein d’anecdotes intéressantes. Bien évidemment, pour le choix du guide, mieux vaut s’en remettre aux structures spécialisées.

Plusieurs possibilités : le trekking dans la forêt primaire, à la découverte de la faune et de la flore, ou encore le Tet Paul Nature Trail, au sud-est- de Soufrière. Vue exceptionnelle garantie sur la mer des Caraïbes, la baie de Jalousie, les pitons, et même la Martinique et Saint-Vincent. Aussi, la réserve naturelle des îlets Frégate propose 2 km de sentiers naturels où observer ramiers et hérons.

Curiosités naturelles de l’île, les pitons constituent une belle destination de balade. Du haut de leur 797 et 770 m, ils offrent un panorama exceptionnel. La descente se fait par un chemin balisé, en pleine végétation. Attention, les sommets sont réservés aux très bons marcheurs.

 

Spa et tourisme de bien-être

Les sources chaudes et riches en minéraux du volcan de Soufrière ont des vertus thérapeutiques. Pour des vacances plus calmes, Sainte-Lucie propose donc de nombreux possibilités pour se ressourcer : spas naturels, bains chauds des jardins botaniques de Diamond Falls, bassins de baignade près de Sulphur Spring, bains de boue purifiante, cases ou cabanes perchées sur piloris ou nichées dans la forêt tropicale.

Le Temazcal est un dôme de vapeur d’origine amérindienne, de brique et d’argile, mélangés à des herbes médicinales. Au centre de la pièce, des pierres de lave sont chauffées. La vapeur se forme au contacte de l’eau froide. La forme arrondie du Temazcal, la composition des murs, la chaleur et l’humidité apportent des sensations de bien-être. On y boit du thé aux herbes.

De nombreux hôtels proposent des services de spas plus sophistiqués, mais aussi des services de massage, de beauté, de fitness et de relaxation.

 

© https://www.routard.com/guide/code_dest/sainte_lucie.htm

Cette destination vous intéresse ?

Contactez-nous au 0 821 611 621 ou rendez-vous dans votre agence habituelle pour préparer vos prochaines vacances.

L’auteur : Adeline, Cap 5 Voyages Lille

Conseillère Voyages chez Cap 5 Voyages depuis Octobre 2013, je suis passionnée par les voyages et ma soif de découverte est toujours plus grande au fil des années... Ma jeunesse est ma force et je découvre chaque année de nombreuses destinations afin d'étoffer mes connaissances

» Voir tous les articles de Adeline